Alors que je récupère mon paternel à l’aéroport, le voyage recommence enfin. Plus de boulot (deux mois de travail c’est incroyablement long !!!) ni d’obligation, plus que mon père comme compagnon de route et un itinéraire pas franchement précis à étoffer au fil des envies.

La rencontre est plutôt marrante : après s’être cherché un bon moment dans le terminal armé des pc portables, je tombe sur mon snowboard sans voir mon père, le cherche en vain du regard, reprends la conversation internet avant de le voir en train de se payer ma tête à 3mètres de moi… (sans doute dans un angle mort)
On repart donc de l’aéroport -il a réussi a faire passer 1kg de comté illégalement- j’ai réussi à perdre le ticket du parking (environ 15€) après le passage à la caisse mais la gentille dame de l’assistance me laisse passer- pour traverser la ville et s’arrêter dans un hostel.