Partant acheter un téléphone portable (à mon plus grand regret mais bon, pour trouver un boulot c’est pratique quand on n’a pas d’adresse…) je m’arrête prendre un petit dèj dans une sandwicherie asiatique, et me fait prendre sous l’aile d’un ex-Californien qui m’emmène dans le coin des téléphones pas trop cher, puis me remmène pas loin de chez Daniel (les magasins sont fermés). Je me perds dans les ruelles en essayant de retrouver la place, puis finalement achète un portable : c’est pas donné ! avec la puce ça fait 110$…

Je rentre alors préparer mon résumé (prononcer wèzioumi): une sorte de CV mais où il faut faire l’éloge de ses qualités, se basant bien entendu sur les différents points abordés dans un CV français. Alors que j’essaye de connecter mon ordinateur à internet, je parviens seulement à déconnecter celui de Daniel, sans parvenir à réparer ma bourde malgré mes efforts acharnés…
Je pars ensuite acheter de quoi faire du pain, puis pars distribuer mes résumé, rentre à la maison de Daniel en imprimer d’autres, les redistribue encore dans tous les cafés, restaurants, magasins de vélo, rando ou sport en général que je vois… (j’en laisse même un dans un fastfood !)

Parfois mes interlocuteurs semblent surpris que je daigne tenter ma chance : ayant de l’expérience avec les gosses, un peu dans le bâtiment, et la dernière (que je n’ai pas omis de mentionner) dans un ranch bio de fromage de chèvre, ça peut effectivement paraître étonnant d’essayer de bosser dans la restauration…

J’ai quand même 2 ou 3 réponses pas totalement négatives… Pas mal pour un premier essai !
Je rentre finalement à la tombée de la nuit chez Daniel, à court de résumé, une rame de papier sous le bras.
Le frère de Daniel et son ami (qui parle super bien français) passent un moment avec moi avant que j’aille me coucher pour être d’attaque demain matin !